Théâtre – Création

Alain Béhar

DATE :

Jeudi 28 novembre 2019 à 20h

LIEU :

salle Cinéma

DURÉE :

1h10

TARIF D :

De 6€ à 12€

De et avec : Alain Béhar

Collaboration artistique : Marie Vayssière

Lumières : Claire Eloy

Son : Pierre-Olivier Boulant

Dispositif scénique : Cécile Marc

Costumes : Elise Garraud

Avec les regards croisés de Montaine Chevalier, Benoist Bouvot, Isabelle Catalan, David Malan, Juliana Béjaud, Suzanne Joubert, Jesshuan Diné, Gilles Masson

Le texte est publié aux Éditions Espaces 34

 

2043. Il pleut. Beaucoup et tout le temps. Catastrophes, conflits, exodes : quelque chose s’est détraqué. Sur une Terre qui tourne à l’envers, on se met à douter du sens des choses. « Venus de toutes les Afriques », les gens migrent vers l’imaginaire et se retrouvent dans La Clairière du grand n’importe quoi, bateau en papier plié, sorte d’origami géant, devenu là, arche de tous les métissages. Seul en scène, l’auteur, comédien, metteur en scène et intarissable bricoleur de mots Alain Béhar invente une cartographie fantasmée, sculptée par le jaillissement d’une parole libre, aussi joyeuse que politique. Un conte un peu dingue, où l’absurde et le burlesque se jouent de la tragédie en cours. Bienvenue en terre poétique.

Projection d’une œuvre de l’artiste plasticien Enriqué Ramirez dans le cadre de la résidence de création « la mer monte » du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée le 23 novembre à 17h30

Production : Compagnie Quasi.

Coproductions : Théâtre du Bois de l’Aune/Aix en Provence, Pôle Arts de la

Scène – Friche Belle de mai/Marseille, Les 13 vents/CDN de Montpellier, Théâtre + Cinéma, Scène nationale Grand Narbonne, Le théâtre du Périscope à Nîmes, EPIC Hérault Culture -Théâtre sortieOuest/Béziers.

Partenaires (à ce jour) : le Théâtre Garonne/Toulouse, Les rencontres à l’échelle/Marseille, festival Printemps des comédiens/Montpellier…

Avec le soutien de Occitanie en scène.

En 2018 et 2019, Alain Béhar est en résidence d’auteur à La Fabrique du Théâtre des 13 vents CDN Montpellier.

La compagnie Quasi est conventionnée par la DRAC, subventionnée par la Région Occitanie et le département de l’Aude.

« (…)Dans La clairière du Grand n’importe quoi, nous sommes en 2043 et la fin du monde approche au pas de course. Ce qui fait cavaler également son héros, dont les jambes vont aussi vite que la langue, dans des directions absurdes, farfelues. Le tragique, chez Alain Béhar, a des airs de fête. C’est un grand carnaval où les phrases et les choses entrent en collision à chaque instant. Où ils se fracassent parfois, mais où le plus souvent ils fusionnent de manière inattendue(…) »
« (…)S’il paraît à première vue prendre la tangente devant le réel, le théâtre d’Alain Béhar s’y embarque à fond. Et nous embarque à ses côtés(…) »
Sceneweb.fr – Anaïs Heluin

« Au coeur d’une scénographie de scotchs et de rouleaux de papiers, saluons le texte et la performance remarquable d’Alain Béhar qui offre une heure d’élucubrations vertigineuses de poésie aux spectateurs. Déstabilisant et joueur, le comédien-auteur joue d’une langue en sous-titre aux constructions syntaxiques parfois proustiennes, aux jeux de mots dignes d’un Prévert et où l’art du détail se porte en bandoulière. Maître incontestable du décalage, maniant avec brio le zeugme, l’anacoluthe, le paradoxe et tous les autres procédés aux noms exotiques de la stylistique, on jouit de cette « cavalcade de mots »…où « tout se mélange…ça passe in extremis ou sinon ça ne passe pas! ». Et si certains n’y trouveront aucun sens, tous pourront apprécier l’exquis dérèglement d’une langue puissante où les fulgurances sont pléthore, les épithètes..à chute et les éclats de rire…à retardement. »
Lagrandeparade.fr – Julie Cadilhac

Newsletter

Recevez l’actualité du Théâtre + Cinéma