Spectacles à venir


DATE :

samedi 17 novembre 2018 à 20h


DURÉE :

2h


LIEU :

salle Théâtre


TARIF A :

De 6€ à 17€

D’après le roman Incidences de Philippe Djian
Réalisation Jean-Marie Larrieu, Arnaud Larrieu France-Belgique / 2013 110 min
Avec
Mathieu Amalric, Karin Viard, Maïwenn, Sara Forestier, Denis Podalydès

Sur scène :
Basse, contrebasse, électronique Bruno Chevillon
Batterie, pad, percussions Eric Echampard
Violon, guitare électrique, électronique Benjamin de la Fuente
Orgue électrique, synthétiseur, sampler, Rhodes, piano Samuel Sighicelli
Sonorisation Max Bruckert

L’amour est un crime parfait

Mathieu Amalric est Marc, professeur de littérature à Lausanne, libertin enchaînant les relations avec ses étudiantes. Jusqu’à ce que l’une d’elles disparaisse. En 2014, Arnaud et Jean-Marie Larrieu adaptent le roman Incidences de Philippe Djian en un thriller sulfureux où s’engouffre la musique du groupe Caravaggio, hybridation de jazz, musique classique et électronique. Pour ce ciné-concert d’exception, les instrumentistes-compositeurs Benjamin de la Fuente et Samuel Sighicelli aux côtés des jazzmen de renom Bruno Chevillon et Éric Échampard, rejouent la musique originale en direct sur les images du film. Ils interviennent sur la bande-son, isolent des répliques, amplifient des ambiances et sondent les couches musicales pour une expérience musicale et cinématographique inédite.

Leçon de cinéma « Le plaisir du cinéma selon les frères Larrieu » par Guillaume Boulangé, enseignant à l’Université Paul Valéry Montpellier III. Samedi 17 novembre à 18h Salle Cinéma
ENTRÉE LIBRE
En savoir + 

A PROPOS DU FILM :
« Séducteur patenté, Marc enseigne l’art d’écrire dans une université suisse… Dérogeant à leur hédonisme joyeux, les frères Larrieu prennent les jeux du désir aux pièges de l’interdit et de la mort. Un thriller stylisé, superbement interprété par, entre autres, Mathieu Amalric, Karin Viard, Maïwenn, Sara Forestier et Denis Podalydès. »  cinema.arte.tv

« Les frères Larrieu n’ont pas leur pareil pour sublimer les acteurs, qui, avec eux, atteignent des sommets, dans des paysages si beaux qu’on en ressort littéralement ébloui. » Le Canard Enchaîné

« Dans ce thriller hyper-maîtrisé, tout ce qu’on connaît des Larrieu est synthétisé à la perfection, avec cet art consommé du contre-pied, des chausse-trappes, des blagues surréalistes.«  Les Inrocks

A PROPOS DE CARAVAGGIO :

« Ils nous ouvrent la porte d’un univers qui accroche l’auditeur dès les premières mesures ; on est happé par le son ».
Citizen Jazz

« De longues montées en puissance électrisent les corps ». Belettejazz

« Caravaggio libère une énergie sombre mais empreinte d’une précision et d’une exigence poétiques emportant le public dans une atmosphère planante et émotive ».www.profondeurdechamps.org

« On est décoiffés par l’audace stylistique, la technicité, le feeling, la complicité et le renouvellement du quatuor ». www.gutsofdarkness.com

« Avec Caravaggio le post-rock est progressif, psychédélique et éclectique. On passe d’une ambiance méditative à une tempête électrique. Le planant est vertigineux »Néosphère / Globule d’Or du meilleur album de l’année 2012

« Puissant, subtil, anxiogène, généreux, organique, électronique : Caravaggio ne peut laisser indifférent »« choc » jazz Magazine (N°64)

« Déterminée par une véritable logique de composition, la trajectoire globale est des plus pénétrantes »Le Monde

Avec la collaboration d’Arnaud et Jean-Marie Larrieu, réalisateurs du film
Production déléguée : Sphota, coopérative d’invention musicale.
Coproduction : Festival d’altitude Jazz à Luz

Newsletter

Recevez l’actualité du Théâtre + Cinéma