Musique – Création

DATE :

Mardi 1er octobre 2019 à 20h
Mercredi 2 octobre 2019 à 20h

LIEU :

salle Théâtre

DURÉE :

1h20 environ

TARIF A :

De 10€ à 27€

Rencontre avec Olivia Ruiz à l’issue de chaque concert

Olivia Ruiz
Bouches cousues
Création

Avec :
Franck Marty,
Vincent David,
Mathieu Denis,
David Hadjadj
Frédéric Lefévre

En partenariat avec

Avec le soutien de

Ouvrir la voix et en découdre avec le passé : c’est ce à quoi s’attelle Olivia Ruiz, nouvelle artiste associée de la Scène nationale. Dans ce concert intimiste, acoustique et chuchoté, l’artiste incarne les chansons chères aux espagnols qui ont connu il y a 80 ans, l’exode : celles écoutées au pays, celles emmenées ici et celles qui, bien plus tard, les relient à leurs racines. D’un timbre métamorphosé par la langue de ses ancêtres, plus grave et fissuré, levant les silences intimes, elle évoque les héritages qui nous forgent et les ressassements de l’Histoire. En revisitant quelques morceaux de son répertoire, en appelant des airs d’horizons plus lointains encore, celle qui se dit « née du mouvement » chante au-delà de la Retirada, l’exil, la résilience et les identités toujours mouvantes.

  • Enregistrement en public de l’émission radio TOUT OUÏE  le 27 septembre à 16h – durée 26 min – entrée libre
  • Exposition de photographies d’Olivia Ruiz : Bouches cousues et Made In America du 27 septembre au 6 octobre Vernissage en présence d’Olivia Ruiz le 27 septembre à 18h30
  • Projection du film Exils de Tony Gatlif  Débat en présence d’Olivia Ruiz animé par Karim Ghiyati, directeur de Occitanie Films
  • Salon de lecture : Récits sur la Retirada par Agnès Sajaloli, directrice du Mémorial du Camp de Rivesaltes le 2 octobre à 18h30 Salle Cinéma – En partenariat avec le Mémorial du Camp de Rivesaltes
  • Exposition Terre de Mémoires : Photographies de Paul Senn en partenariat avec le Mémorial du Camp de Rivesaltes du 2 au 6 octobre

Production : Asterios Productions

A propos de Bouches cousues

« ….Il y a pas mal de choses que vous connaissez déjà, qui appartiennent à mon propre répertoire (comme par exemple “Quedate”de mon 3e album) et qui cadrent avec le sujet.
Il y a aussi des chansons très connues qui ont beaucoup fait pour le lien des immigrés avec l’Espagne (genre “Porque te vas”) mais également des airs oubliés, des refrains scandés par les guérilleros…
Le tout forme un voyage musical onirique qui dit l’importance du collectif, de la transmission même quand elle est silencieuse. »
Midi-Libre Région 25 sept. 2019 – Jérémy Bernède

Newsletter

Recevez l’actualité du Théâtre + Cinéma